index

Climaxia , 2012




Installation vidéo, 3 vidéoprojecteurs, 3 enceintes, couleur, vidéos en boucle de 4minutes, bois, miroir, ficelle.



Dans cette pièce, le hors champ spatio-temporel est particulièrement convoqué. A cette nécessité d'incertitude quant au moment présent, il m'a fallu conjuguer l'éclatement du montage vidéo dans l'espace. Car c'est cette question de dramatisation d'une durée par le montage qui m'a interpellé, d'où cette tentative de transposition dans l'espace, et du va-et-vient entre le "ça a été" et le "c'est". Utiliser l'espace d'exposition comme l'endroit d'un fil narratif qui serait finalement éclaté, et où opèrerait une certaine notion de rythme aussi bien visuelle, sonore, et formelle.

Un cinéma démembré avec des images résiduelles comme autant de scintillement derrière les paupières.








Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(vue d'exposition)







Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(détail de l'installation)







Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(Deux vidéos sont ainsi projetées sur le même mur ; un "panneau" se trouve entre chacun des vidéoprojecteurs et le mur. Les ombres des 2 panneaux sur le mur concordent alors en une seule ombre, où est donc projeté le reflet d'une troisième vidéo à travers un troisième "panneau-miroir")









Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(vue d'exposition)









Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(détail)








Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(capture vidéo)









Climaxia, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(capture vidéo)