index

Château de cartes , 2010


Installation, carte, scotch, spot d'éclairage, ventilateur, son, projection vidéo couleur en boucle.








Un château de carte n'est pas fait pour rester debout. Il me fallait le forcer à ne pas tomber. C'est cette confrontation entre une architecture "faible" et la matière transparente du scotch qui peut alors instaurer une sorte de tension. Le potentiel de destruction d'une fabrication "pauvre". Une sorte de vanité. Un lien entre architecture branlante et corps humain. Une architecture constamment sujette à se détruire. Le tout dans un mouvement qui passerait du ventilateur, au château de carte, jusqu'à la projection vidéo de cartes qui tombent sans cesse. Le son continu est alors comme une couleur rajoutée à l'espace sonore gênant la projection mentale de la suite logique des évènements.







Château de cartes, 2010, Raphael Moreira Gonçalves

(vue d'exposition)






Château de cartes, 2010, Raphael Moreira Gonçalves

(détails)






Château de cartes, 2010, Raphael Moreira Gonçalves

(détails)







Château de cartes, 2010, Raphael Moreira Gonçalves

Château de cartes, 2010, Raphael Moreira Gonçalves

(captures vidéo)