indexjfh

Chemin de nuit , 2012


Installation vidéo (boucle), 3 vidéoprojecteurs, 3 enceintes, son, couleur, bois, ficelle, verre, encre de chine, miroirs, eau, pompe à eau.




"Et sans doute notre temps... préfère l'image à la chose, la copie à l'original, la représentation à la réalité, l'apparence à l'être... Ce qui est sacré pour lui, ce n'est que l'illusion, mais ce qui est profane, c'est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l'illusion croît, si bien que le comble de l'illusion est aussi pour lui le comble du sacré."

(Préface à la deuxième édition de L'Essence du christianisme, Feuerbach)



C'est en multipliant et reproduisant les mondes factices que ceux-ci viennent pointer du doigt les mondes absents. Et c'est ce doigt magnifique (l'écran) qui devient alors la porte d'un monde inaccessible. Un doigt de lumière. En s'accrochant à "ce doigt", il nous est alors offert la possibilité de virevolter dans un espace-temps fluide, libéré des contraintes du "réel" pour enfin accéder au plaisir véritable d'une expérience de l'esprit par les sens trompés. Et plus que le champ, c'est le hors-champ spatio-temporel qui est ici convoqué.

La séance de Cinéma comme un passage chamanique orchestré, et ritualisé.







Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(vue d'exposition)





Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(vue d'exposition)







Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(détails)








Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(le vidéoprojecteur central est incliné au dessus d'un bac rempli d'eau et de morceaux de miroirs brisés, où une pompe à eau est activée. La vidéo projetée est donc un reflet de la vidéo source, passant par ce bac)








Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(détails)









Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(capture vidéo)











Chemin de nuit, 2012, Raphael Moreira Gonçalves

(capture vidéo)